Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 15:19

la-chica-zombie.jpg

Titre: La chica zombie

Auteur : Laura Fernandez

Traducteur: Isabelle Gugnon

Editeur : Denoël

Date de publication : 6 Novembre 2014

 

Quatrième de couverture:

Dans la ville fictive d’Elron, à la fin des années 90, une poignée d’élèves et de professeurs se préparent au célèbre bal des Monstres du lycée Robert-Mitchum. Erin, seize ans, se réveille un matin et découvre avec effroi que ses cheveux sont pleins de vers, que ses doigts tombent les uns après les autres… Tout semble indiquer qu’elle est morte… Pourtant, malgré son odeur pestilentielle et sa chair en lambeaux, Erin doit quand même aller en cours. Elle cache son corps putréfié de zombie derrière des vêtements informes et du maquillage, et personne ne semble s’apercevoir de son état. 

Derrière un récit survolté et gorgé de références à la Pop culture se dessine une description juste de l’adolescence, entre exploration de soi et désir de se fondre dans la masse. Le tout servi par un style vif et original, un ton irrévérencieux et des rebondissements tout à fait loufoques.

 

J'ai été attiré par ce livre en lisant son résumé. Je ne suis pourtant pas trop zombie mais cette histoire de bal des Monstres et tout ça, ça me plaisait bien. J'ai ensuite découvert la couverture très sympa rappelant PacMan et il ne m'en a pas fallu plus pour me laisser tenter. J'ai donc commencé cette lecture plus que confiante mais j'ai vite déchanté. En effet, dès les toutes premières pages, on a le droit à des insultes du type "putain", "connard" (et encore je vous passe d'autres expressions tout aussi vulgaires..) et ça ne m'a pas plû du tout. J'ai trouvé le texte trop vulguaire, notamment pendant la première moitié du récit et je pense que l'histoire aurait été tout aussi intéressante sans tout cela. J'ai donc peiné dans ma lecture pendant la première partie du roman et j'ai même pensé à abandonner. J'ai tout de même tenu bon et j'ai finallement plus apprécié la seconde partie. On y trouve une belle morale concernant les difficultés rencontrées pendant l'adolescence. Bon alors je vous le dit tout de suite, si vous êtes fan des romans de zombie, passé votre chemin car il n'y a pas vraiment de zombie en réalité. C'est plus un pretexte pour aborder différents thèmes et notamment le regard des autres à l'adolescence.


Concernant les personnages, je ne me suis absolument pas attaché à eux, je les ai trouvé creux et complètement stupides. Le seul qui m'a un peu intéressé c'est Billy, un des camarades de classe de Erin qui est elle-même le personnage principale du livre. 


En bref, je suis un peu déçue par cette lecture et mon avis pour ce livre est mitigé.. Je retiendrais la morale de l'histoire et le personnage de Billy et j'oublierais le coté complètement loufoque de cette histoire auquel je n'ai pas adhérer. 


Merci malgré tout aux Editions Denoël pour la découverte de ce livre.

 

Ma note :  (2,5/5)

J'ai lu ce livre en lecture commune avec Les lectures de bibliophile et Tartinneauxpommes, n'hésitez pas à aller voir leurs avis ! 

 

denoel

Repost 0
Published by de-pages-en-pages - dans Partenariats - Service presse
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 19:56

unfeudanslanuit.jpg

 

Quatrième de couverture:

Depuis toujours, les MacBride se rendent à Far Barn, dans le Devon, pour la nuit des feux de joie, mais cette année, tout a changé. Lydia, la matriarche, vient de mourir ; Sophie, la fille aînée, tente désespérément de sauver un mariage qui part à la dérive, et Felix, le petit dernier, est venu accompagné de sa petite amie pour la première fois.
Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez cette fille, Kerry, ils le sentent sans pouvoir se l'expliquer. Mais lorsqu'ils la laissent surveiller la petite fille de Sophie le temps d'une soirée et qu'à leur retour, elles ont toutes les deux disparu, ils sont obligés de se demander s'ils n'ont pas laissé entrer le loup dans leur bergerie...
Palpitant et glaçant, avec un dénouement final en apothéose, Un feu dans la nuit confirme Erin Kelly comme l'un des auteurs britanniques de thrillers psychologiques les plus importants de sa génération

 

 

Tout d'abord, un grand merci à Livraddict et aux Editions JC Lattès pour la découverte de ce livre. J'annonce direct, ce fut un immense moment de plaisir de lire ce livre qui n'est d'ailleurs pas passé loin du coup de coeur !


On découvre donc dès les premières pages la famille MacBride qui se réunit dans la maison familiale afin d'aller à la Nuit des feux de joie, évènement où ils ont l'habitude de se rendre ensemble depuis plusieurs années. C'est une famille charmante, très unie, composée de plusieurs personnages tous aussi sympathiques les uns que les autres. J'ai beaucoup apprécié l'une des filles MacBride, Tara, jeune mère d'une trentaine d'année qui a la tête sur les épaules. Mais j'ai également aimé connaître d'avantage les personnages de Will, Matt, Rowan, Sophie ou encore Jake le fils de Tara. J'ai trouvé que les personnages étaient vraiment approfondis et du coup j'ai du mal à savoir lequel j'ai préféré car ils avaient vraiment tous quelque chose d'intéressant. A première vue on peut avoir l'impression qu'on va se perdre avec cette multitude de personnages mais pas du tout, on comprend très vite qui est qui. De plus, l'auteur alterne les points de vue pour chaque partie du livre, ce qui nous permet de vivre l'histoire sous tous les angles.

 

Comme le dit donc la quatrième de couverture, Kerry la petite amie de Félix (le fils MacBride) et Edie (la fille de Sophie, l'autre fille MacBride) disparaissent étrangement. Débute alors un suspens insoutenable. On a envie de découvrir où elles sont, on se fait des films et on en vient a détester certains personnages. C'est à la fin seulement que l'on découvre la vérité sur l'histoire. Vérité qui ma vraiment surprise. J'ai adoré la tournure qu'a pris le récit et je ne m'attendais absolument pas à ce dénouement là. C'est dingue comme les apparences peuvent être trompeuse. A un moment, j'en avais une boule au ventre tellement j'étais prise dans l'histoire et tellement j'avais peur de ce qui allait se passer, peur pour les personnages.

 

Le seul bémol que je trouve à ce livre est dans les toutes dernières pages. Ca fini un peu vite et j'aurais aimé connaître l'avenir de nos personnages, savoir ce qu'ils sont devenus après leur histoire qui est tout sauf banale.

 

Ce roman que l'on peut qualifier de thriller psychologique est à mon sens vraiment bien écrit. Je vous le conseille si vous aimez les romans du genre. Je ne connaissais pas l'auteur mais apparement elle a écrit d'autres livres dont un qui a été qualifié de "l'un des meilleurs romans de l'été 2011" par des critiques britanniques et je pense essayer de me les procurer !

 

Ma note : 

Repost 0
Published by de-pages-en-pages - dans Partenariats - Service presse
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 17:40

mademoiselleb

Titre: Mademoiselle B.

Auteur : Maurice Pons

Editeur : Denoël

Date de publication : 2014

 

Quatrième de couverture:

Du village où il vit, Maurice Pons raconte les étranges rumeurs qui entourent une certaine Mademoiselle B. : une créature sans âge, toujours vêtue de blanc, qui attirerait les hommes et les pousserait au suicide. Maurice Pons, alors en mal d’écriture, se retrouve pris au cœur de l’enquête. Tout aussi méfiant que fasciné, il se passionne pour le cas de Mademoiselle B. 


 

J'ai choisi ce livre pour son résumé que je trouvais très intriguant. Cette histoire de femme qui pousserait les hommes au suicide, ça m'a donné envie de le découvrir pour savoir ce qu'il se passe vraiment. La couverture elle ne m'a pas attiré plus que ça & je pense que sans le résumé je serais passé à coté de ce livre. Le point positif c'est que quand on la voit pour la première fois, on imagine pas les évènements du livre. Je tiens à souligner également que j'ai été agréablement surprise de découvrir le format de ce livre. En effet, ça se rapproche du format poche que j'apprécie beaucoup. La hauteur est la même, mais il est un peu plus large qu'un poche et la lecture est vraiment super agréable.  


Maurice Pons nous décrit donc, dès le départ son village et nous raconte la vie des différents habitants de celui-çi. On est tout de suite plongé dans l'ambiance de celui-çi où les ragots vont bon train. D'ailleurs quand j'ai remarqué que le personnage principal était l'auteur lui-même, je me suis demandé si c'était une autobiographie ou non. C'est seulement plus tard que l'on découvre que certaines parties de l'histoire sont purement inventées. Malgré tout, c'est une histoire totalement plausible à l'exception de certains détails. N'allez pas croire que c'est un récit fantastique plein de créatures imaginaires. Ce roman ponctué de petites touches d'humour et de fantastique s'inscrit dans plusieurs genres. En effet, il tend vers le thriller à certains moments, quand des cadavres sont découverts, puis à un récit personnel à d'autres; quand Monsieur Pons nous raconte son histoire. 


On découvre également très vite Mademoiselle B., cette femme qualifié de créature par certains membres du village. Elle est très mystérieuse et on a envie de découvrir ce qu'il se passe chez elle. Effectivement, on ne sait pas si l'on doit croire ce qu'il se dit dans le village ou pas. Est-ce une rumeur quand il est dit que tous les hommes qui l'approche se suicident? C'est seulement dans les toutes dernières pages que l'on connait la réponse.


En bref, j'ai apprécié cette lecture qui change de ce que je lis habituellement. Maurice Pons est un auteur qui a écrit de nombreux romans. Peut-être que je me pencherais sur l'un d'eux à l'occasion.


Merci aux éditions Denoël pour la découverte de cet auteur qui fût fort sympathique.

 

 

Ma note : 

 

denoel

Repost 0
Published by de-pages-en-pages - dans Partenariats - Service presse
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 20:57

noces-de-cire.png

Titre: Noces de cire

Auteur : Rupert Thomson

Traducteur : Sophie Aslanides

Editeur : Denoël

Date de publication : 2014

 

Quatrième de couverture:

Florence, 1691. Zummo est un sculpteur de génie qui crée des statues de cire si délicates qu’elles semblent avoir pris vie. Il a fui sa Sicile natale pour trouver refuge dans une ville vérolée par la corruption, aveuglée par l’austérité, où les citoyens les plus riches assouvissent leurs désirs les plus pervers. Convoqué par le grand-duc qui lui a commandé une Vénus de cire grandeur nature, Zummo parcourt les ruelles labyrinthiques à la recherche d’une femme suffisamment parfaite pour servir de modèle. Mais la Toscane regorge de secrets et de dangers. La torture et les exécutions vont bon train, et, lorsqu’on trouve le cadavre d’une jeune femme sur les bords de l’Arno, le sculpteur commence à croire que le vice prend sa source à la cour des Médicis. Tout en poursuivant sa création, essayant d’insuffler la vie à sa Vénus de cire, il se demande si cette femme parfaite va le mener à son salut ou à sa perte.
Noces de cire est une superbe représentation du monde d’avant les Lumières, vibrant de superstitions, de répression et d’incompréhension, doublée d’une intrigue menée à la perfection.

 

J'ai choisi ce livre pour son résumé qui me tentait énormement. Pourtant je ne suis absolument pas fan de livre historique mais là je ne sais pas, il y a quelque chose qui m'attirait. Cette histoire de statues de cire surement, qui au final n'est pas le sujet unique de l'histoire. J'ai donc commencé ce livre plein d'enthousiasme qui s'est en réalité estompé bien vite. En effet, j'avais l'impression de passer à coté de certaines choses et de ne rien comprendre à ma lecture. J'avais vraiment du mal à savoir qui est qui dans l'histoire. Je ne comprenais pas où voulait en venir l'auteur. Je me suis donc forcée à continuer ma lecture, non sans peine, il faut le dire. Il y a même un moment où je me suis demandé si j'allais le finir tellement je n'étais pas emballé. Pour couronner le tout, le livre n'est pas découpé en chapitre ce qui a rendu ma lecture un peu plus longue encore. Et puis, étonnement, arrivé à 200 pages environ, soit la moitié du livre, j'ai commencé à accrocher. Je ne m'y attendais pas du tout. C'est à partir de ce moment là que j'ai commencé à apprécier ma lecture. Au final, j'ai beaucoup aimé la seconde partie du livre. Je me suis attachée au personnage de Zummo et j'ai aimé suivre sa relation avec Faustina. Les autres personnages étaient tout aussi intéressant. De plus, l'auteur réalise de magnifiques descriptions qui nous permettent de visualiser les différentes scènes du livre. Le coté historique est intégré sans allourdir le récit et c'est appréciable pour moi qui ne suis en géneral pas fan du genre. Effectivement, c'est un roman historique mais avec une touche de romance et de polar à la fois. En bref, je suis bien contente d'avoir continué ma lecture même si le début était un peu laborieux

Merci aux Editions Denoël qui m'ont permis de découvrir ce livre.

 

Ma note : 

Repost 0
Published by de-pages-en-pages - dans Partenariats - Service presse
commenter cet article
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 08:51

La_rousse_SuzaneMarty--1-.jpeg

 

Quatrième de couverture:

Flamme est apprentie comédienne et célibataire.
Le 1er janvier 2009, elle se pose un ultimatum : si elle n’a pas obtenu un seul rôle payé ou rencontré de vrai prince charmant avant son anniversaire, elle abandonne la course aux rêves. 
Car est-il raisonnable à 39 ans de croire encore au père Noël ?

 

J'ai lu ce livre en quelques heures seulement. En effet, il est court (156 pages) et est écrit très très gros ! De plus c'est un livre simple avec une petite touche d'humour qui rend la lecture très fluide. J'ai eu du mal à m'attacher dès le début au personnage principal, Flamme, à cause de son coté un peu rêveuse et naïve. J'avoue que j'ai un peu de mal avec ce genre de personne dans la vraie vie et du coup il m'a fallu à peu près la moitié du livre pour finir par l'apprécier. J'ai par contre aimé les autres personnages que l'on découvre au fur et à mesure de l'histoire. Certains m'ont fait rire et d'autres m'ont touché. Concernant l'histoire justement, je l'ai trouvé plutôt pas mal. C'est simple mais ça fonctionne bien, on a envie de connaitre la fin. Une fin dont je ne m'attendais d'ailleurs pas. Effectivement, je m'imaginais un dénouement totalement différent même si j'ai aimé celui-çi. Si je peux me permettre, il y a une petite chose qui m'a géné dans les dialogues. Ce sont les smiley. En effet, à deux ou trois reprises, le dialogue ce terminait par ":-)" ou encore ":-D" et ça m'a un peu géné. Je ne suis pas contre dans un sms mais dans un livre ça m'a paru un peu bizarre. Par exemple, un des personnages dit

"- C'était super la danse du ventre" et la réponse de Flamme est:

"- :-)"

Pour continuer sur un petit point négatif je vais parler de la couvertureJ'ai été attiré par le résumé et je dois avouer que si j'avais découvert la couverture avant, je n'aurais peut-être choisi ce livre. Je trouve que ça fait assez photo-montage et je ne suis pas fan.

En bref, j'ai passé un bon moment avec ce livre malgré quelques petits bémols. Je ne suis malheureusement pas sur de me rappeler de cette histoire dans quelques mois, même si j'ai apprécié cette lecture. C'est simple et fluide mais il y a peu d'action et c'est en général ce qui me marque dans un livre. 

Je tiens à remercier l'auteur Suzanne Marty & livraddict pour ce partenariat qui fût malgré tout une bonne découverte.

 

Ma note : 

Repost 0
Published by de-pages-en-pages - dans Partenariats - Service presse
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 19:58

l-heure.jpg

Titre: L'heure indigo

Auteur : Kristin Harmel

Editeur : Denoël

Traductrice : Christine Barbaste

Date de publication : 18 Septembre 2014

 

Quatrième de couverture:

A Cape Cod, Hope s'affaire derrière les fourneaux de la pâtisserie qu'elle a hérité de sa grand-mère, mais entre la rébellion de sa fille, son récent divorce et ses soucis financiers, elle frôle parfois le burn out. 
Aussi, quand sa grand-mère lui demande d'aller en France retrouver sa famille disparue pendant la guerre, Hope part-elle hésiter en quête de ce passé dont elle ignore tout...

 

J'ai reçu ce livre sans voir la couverture avant et ce fut une belle surprise quand je l'ai découverte. Elle est tout simplement magnifique, le décor et les couleurs me plaisent beaucoup. Je suis sûr que si je l'avais vu, j'aurais pu être influencé mais pour le coup j'ai choisi ce livre pour son résumé qui m'attirais fortement. En effet, les mots famille et patisserie ne pouvaient que m'encourager à le lire. J'ai donc commencé cette lecture pleine d'entousiasme. Dès les premières pages, j'ai été absorbé par la relation conflictuelle entre Hope, femme d'une trentaine d'année et sa fille Annie, en pleine adolescence. Puis on découvre un peu plus tard une multitude de personnages qui viennent se greffer à eux : Ted l'ex-mari, Matt l'ami banquier, Gavin un ancien petit ami de Hope et enfin Rose, la grand-mère de Hope. Cette dernière, atteinte d'Alzheimer, a une grande place dans l'histoire. J'ai trouvé que les moments la concernant étaient vraiment très riche en émotions.

Je me suis rendue compte après un certain nombre de pages lues que la Seconde Guerre Mondiale faisait partie intégrante de l'histoire. Je suis bien contente de ne pas l'avoir su avant car j'avoue que je n'aime pas du tout les livres où l'on évoque certaines périodes historiques et je serais surement passé à coté de ce livre. Finalement, cela ne m'a pas gené du tout, au contraire, cela faisait partie de l'intrigue et j'ai beaucoup apprécié les quelques descriptions de la vie à cette époque.

Le récit spacio-temporel est très interessant. On passe du point de vue de Hope à celui de Rose et du présent au passé sans difficultés. Kristin Harmel a un style d'écriture très fluide qui permet au récit de ne pas s'essoufler et, pour nous lecteur c'est un vrai bonheur à lire. Quand on arrive à la fin du livre, on est chamboulé interieurement. On se met à réfléchir sur le bonheur ou encore sur l'amour avec un grand A. Ce livre est une belle leçon sur la vie.

Pour finir, je ne peux que vous conseillez ce livre qui plaira au plus grand nombre, c'est sûr. Et en plus, si vous aimez cuisiner/patisser (il parait que ça ce dit maintenant), il y a quelques recettes glissées au milieu des chapitres qui ont l'air toutes plus tentantes les unes que les autres !

Je remercie les Editions Denoël pour cette magnifique découverte !

 

Ma note : 

 

denoel

Repost 0
Published by de-pages-en-pages - dans Partenariats - Service presse
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 09:35

le-clan-suspendu.jpg

 

Titre: Le clan suspendu

Auteur : Etienne Guéreau

Editeur : Denoël

Date de publication : 2014

 

Quatrième de couverture:

Un clan haut perché dans les bois. Un ennemi étrange. Seule une jeune fille osera désobéir afin d’échapper à son destin. Ismène vit parmi les siens, dans un village accroché à dix mètres de hauteur. Tous pratiquent des rites immuables et répètent inlassablement Antigone, la tragédie qu’il leur faut connaître sur le bout des doigts. Descendre leur est interdit, car en bas une créature sanguinaire massacre ceux qui s’aventurent sur son territoire… Quand le jeune Hémon décide de contester l’ordre établi, tout bascule. Pour fuir cet univers oppressant et comprendre le sens profond de la tradition qui leur a été inculquée, Ismène va devoir percer le secret qui menace son clan.

 

En temps normal, je lis peu de livre de ce genre que je pourrais qualifier de roman "aventure" mais quand j'ai lu le résumé, j'ai été vraiment tenté. Je n'avais pas vu la couverture avant de le recevoir donc je n'ai pas du tout été influencé par celle-çi et tant mieux car j'avoue ne pas être trop fan. Je peu d'hors et déja dire que j'ai bien fait de tenter l'expérience car comme le dit le bandeau présent sur le livre : c'est totallement addictif ! J'avoue avoir eu quelques appréhensions au début de ma lecture à cause des nombreux personnages présent. J'avais peur de gacher ma lecture en oubliant des informations importantes les concernants. Après une soixantaine de pages lues, mes peurs se sont estompées et j'ai commencé à vraiment rentrer dans l'histoire. J'ai vraiment apprécié être plongé dans le monde du Suspend (nom de l'endroit où ils vivent) grâce à leurs habitudes de vie et leurs coutûmes. Je me suis attachée à de nombreux personnages, et notamment à Ismène, une fillette de dix ans, personnage principal du livre (mais détrompez-vous, ce livre n'est absolument pas un livre jeunesse). Si vous connaissez la tragédie Antigone (ce qui n'est pas mon cas en faîte) vous aurez peut-être reconnu que Ismène est le prénom d'un des personnages de la pièce. En réalité, tout les noms des personnages du Clan sont tirés de la tragédie. C'est une "tradition" au sein de celui-çi. J'ai donc pu découvrir grâce à ce livre quelques passages d'Antigone et j'ai trouvé ça très sympa. Peut-être même que je me pencherais sur cette pièce à l'occasion. 

L'histoire en elle-même est pleine de rebondissements. Les questions fusent dans notre esprit, et notre envie d'y répondre est tellement forte qu'on tourne les pages à toute vitesse. C'est arrivé à une centaine de pages avant la fin qu'on commence à comprendre ce qu'il se passe réellement. Enfin, c'est vraiment pendant les toutes dernières pages que ... wahou... on découvre avec stupeur de quoi est fait l'avenir du clan. Une fin époustouflante pour un livre époustouflant, quoi de plus normal ?

Je conseille donc ce livre à ceux qui sont tentés par le résumé. Je pense que vous ne serez pas déçu du voyage!

En bref, un grand grand merci aux Editions Denoël pour cette superbe découverte !

 

Ma note : 

 

denoel

Repost 0
Published by de-pages-en-pages - dans Partenariats - Service presse
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 19:15

rue-du-bonheur.jpg

Titre: Rue du bonheur

Auteur : Anna Fredriksson

Traductrice : Carine Buy

Editeur : Denoël

Date de publication : 13 mai 2014

 

Quatrième de couverture:

Johanna, aide-soignante et célibataire, est la mère de deux adolescentes. Son ex-mari, Calle, s'est installé à Stockholm avec sa nouvelle petite amie et rechigne à lui payer sa pension alimentaire. Johanna tente de joindre les deux bouts et d'élever au mieux ses filles. Un jour, elle gagne 20 millions de couronnes au loto.

 

Tout d'abord je tiens à remercier les Editions Denöel pour leur confiance et pour cette découverte.


Pour Rue du bonheur, j'ai tout d'abord été séduite par la couverture très colorée et le résumé très allechant. Ce dernier nous promet une histoire de famille riche en rebondissement, tout ce que j'aime. Après avoir lu une soixantaine de pages, j'ai été étonnée de voir que l'histoire était déja bien en place et que je n'avais pas vu le temps passé. Je n'avais qu'une hâte, me replonger dedans. J'ai apprécié le fait que l'histoire soit coupé en trois parties correspondant au point de vue de nos personnages. On découvre premièrement celui de Johanna, la mère de famille. C'est une femme attachante pour qui la vie n'est pas toujours rose. A travers celle-çi, on découvre ses deux filles, Agnès et Sara deux adolescentes en mal de reconnaissance au collège et son ex mari Calle, qui à première vue parait assez froid. Puis on découvre ce dernier dans la seconde partie où on apprend à le connaitre et surtout à le comprendre. On fait également connaissance avec sa nouvelle compagne, Fanny. Enfin dans la dernère partie du livre, les points de vue de Johanna, Calle et Fanny sont alternés. Je me suis vraiment attachée à nos personnages, notamment à Fanny que j'ai trouvé très compréhensive face à la situation

C'est une histoire qui fait réflechir sur différents points de la vie de tous les jours : L'amour, l'amitié, le divorce et les familles recomposées, la valeur de l'argent, ainsi que bien d'autres thèmes. J'ai trouvé que le style de l'auteur rendait la lecture fluide et que malgré que certains sujets soient un peu difficile à traiter (comme par exemple le harcelement), c'était une lecture sans prise de tête. 

Je ne connaissais pas du tout l'auteur mais j'ai vu qu'elle avait écrit un autre livre traduit en français. Je pense que je me pencherais sur celui-çi dès que j'en aurais l'occasion.

En bref, je pense que cette histoire de famille peut plaire à tout le monde. N'hésitez pas à vous le procurer si vous voulez passer un bon moment avec nos personnages.

 

Ma note :  

 

denoel



Repost 0
Published by de-pages-en-pages - dans Partenariats - Service presse
commenter cet article
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 12:43

justeapres.jpg

 

Quatrième de couverture :

Deux enfants menacés, une mère capable de tout pour les sauver... Même de l'impossible.
Par une après-midi de juillet, un inconnu met le feu à une école en pleines festivités. Grace se précipite dans le bâtiment : sa fille Jenny est seule à l'intérieur. Mais toutes deux sont grièvement blessées...
Qui a pu commettre un tel acte ? Pourquoi ? C'est ce que Grace veut comprendre. Et si sa fille était visée ? Et si son petit garçon était lui aussi en danger ?
Portée par la force de son amour maternel, Grace ira au-delà de toute limite pour les protéger...

 

Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict et les éditions JC Lattès pour ce partenariat. Je ne connaissais pas du tout ce livre et je n'avais rien lu sur lui du coup cela a été une découverte pour moi. Au début je voyais ce livre plutôt comme un drame famillial, j'étais d'ailleurs bouleversée de voir ce qui arrivait à cette famille, à la limite de verser quelques larmes. Et puis très vite, je me suis aperçu que non, ce livre était en faite un thriller. J'ai eu un peu de mal au début avec le coté paranormal (âmes des personnages qui sortent du corps) et puis finallement je me suis attachée aux personnes donc c'est très bien passé. Concernant l'enquête, la partie du livre qui m'a le plus plû, je trouve qu'elle est plutôt bien ficellée et elle m'a permis d'émettre plusieurs hypothèses tout au long de l'histoire. Les pages ont défilées à toute vitesse et je n'ai pas vu le temps passer. Concernant la fin, je ne m'y attendais pas avant les dernières pages mais je suis un peu déçue car j'aurais aimé connaitre ce qui allait se passer à l'avenir pour cette famille. Dans l'ensemble c'est un bon roman, très émouvant par moment. La seule remarque négative que j'ai à faire concerne la taille du livre. Je pense que même si cela se lit vite, l'auteur aurait pu alleger un peu l'histoire en enlevant quelques passages un peu long et peu utile selon moi, pour le déroulement de l'histoire. Voila, donc encore une fois merci pour ce partenariat qui a été une très bonne découverte pour moi. Je conseillerais ce livre à tous les amateurs de thrillers psychologiques.

 

 

Ma note : 

Repost 0
Published by de-pages-en-pages - dans Partenariats - Service presse
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 16:58

anthea-copie-1.jpg

 

Quatrième de couverture :

Aaaaaaahhhhhh ! Vienne en hiver. Ses marchés de Noël, ses vitrines illuminées, la neige qui la recouvre de son blanc manteau…
Dans l’avion qui les emmène vers l’Autriche, Anthéa, Prunille, Ariel et Mickey aspirent à de tranquilles vacances entre amis.
Mais, à leur arrivée à l’aéroport de Vienne, Anthéa rencontre Julien par hasard. Traqué, il lui remet une valise avec la consigne de veiller dessus, quoi qu’il arrive. Puis il disparaît… Anthéa et ses comparses vont vite découvrir qu’elle contient un violon, recherché et… maudit !
Commence alors pour nos quatre amis une longue série de catastrophes et d’imbroglios en chaîne.
Quel est le lien entre Julien et le terrible instrument ? Pourquoi la troublante Lou Bertholdi veut-elle mettre la main dessus ? Qui est Camélia, la fatale violoncelliste que Julien cache dans la chambre d’un palace ? Quel rôle joue Benjamin, ex-boyfriend de Prunille qui réapparaît par surprise ? Et surtout… Y a-t-il une chance pour Théa de retrouver Julien ? Ou la malédiction du violon de Dante a-t-elle déjà tout détruit sur son passage ?

 

Une fois de plus, je remercie Livraddict & l'auteur, Anouchka Palmerini pour ce partenariat ! Après le premier tome que j'ai adoré, c'était avec grand plaisir que je me suis plongée dans ce deuxième tome. On y retrouve nos personnages dans un contexte différent puisqu'ils sont en vacances et on est loin de s'imaginer toutes les péripéties qu'ils vont vivre. Une fois de plus, c'est un roman bourré d'actions et nous n'avons pas le temps de nous ennuyer. J'ai lu ce livre en une journée, c'est pour vous dire à quel point j'étais prise par l'histoire ! L'auteur a utilisé le même procédé que dans le premier tome pour le découpage des chapitres, c'est à dire que chaque chapitre est coupé en paragraphes montrant le point de vue d'un personnage et j'ai trouvé une fois de plus que c'était très agréable. De plus, il y a beaucoup moins de fautes dans ce tome-çi, c'est plutôt appréciable. Concernant les personnages, j'ai une fois de plus beaucoup apprécié Anthéa, Julien et Prunille, j'ai appris à aimer Ariel, par contre j'ai toujours un peu de mal avec Mickey à cause de son comportement. Pour l'intrigue, j'ai tout aimé de A à Z, surtout le dénouement car je ne m'y attendais pas du tout. En bref, j'ai adoré les deux livres de cette saga, je vous la conseille fortement ! Le seul bémol que j'ai rencontré concerne l'objet en lui-même puisque sur les 130 premières pages, il y a une bande blanche verticale, du coup il me manque une lettre sur chaque ligne, mais bon c'est une erreur d'impression, ça ne change absolument pas mon avis sur le contenu.

A la fin de son livre, l'auteur annonce qu'elle est en pleine écriture d'un autre livre, je pense que je vais suivre ça de près ! 

 

Ma note : ★★★★☆  


Repost 0
Published by de-pages-en-pages - dans Partenariats - Service presse
commenter cet article

Lectures Communes

N'hésitez pas à me proposer des lectures communes !

Partenaires

 

denoel.png

 

Afficher l'image d'origine

Quelques Liens