Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 19:50
Rivalité T1 de Alyson Noël

Quatrième de couverture:

Tout le monde veut devenir quelqu’un
Layla Harrison n’en peut plus de flemmarder sur la plage. Elle rêve de devenir reporter et de décrocher des scoops. Aster Amirpour arracherait bien les yeux du prochain directeur de casting qui lui dira encore: « On cherche des métis, mais pas ton genre ». Tommy Phillips rêve de s’offrir une guitare à douze cordes et de prendre sa revanche sur son père , un roi des nuits hollywoodiennes qui l’a abandonné.
Madison Brooks, elle, a pris son destin en mains. Depuis longtemps. Elle est la star montante la plus glam de Hollywood.
Son nom est sur toutes les lèvres et elle n’a pas eu besoin de faire grand-chose pour ça. Juste cacher son passé et chausser des Louboutin.
Mais Layla, Aster et Tommy entrent dans la compétition.
Sur l’invitation d’un VIP du monde de la nuit californienne, ils vont concourir pour devenir la nouvelle star du Clubbing. Aventure ou cauchemar ?
Alors que leurs rêves commencent à peine à scintiller et à percer le smog de L.A…. Madison Brooks disparaît. Ils sont tous soupçonnés. Est-ce le prix à payer pour leurs espoirs et leurs mens
onges?

 

 

 

Cela faisait très longtemps que je n'avais pas lu de chick-lit et c'est avec plaisir que je me suis plongé dans ce livre. Quoi de mieux que l'été pour lire ce genre de livre?

Nous découvrons donc trois personnages qui sont en quête d'argent, de reconnaissance ou encore de célébrité et qui sont prêt à tout pour attendre leurs objectifs. Ils vont alors participer à une compétition organisée par une célébrité qui est le propriétaire de plusieurs discothèque. Le fil rouge de cette histoire est vraiment lié au monde de la nuit. Passez donc votre chemin si ce thème ne vous intéresse pas. Pour en revenir à nos personnages, Layla, Aster et Tommy, je ne me suis pas attaché à eux. A vouloir être le meilleur par tous les moyens, je les ai trouvé agaçants, mesquins et rarement agréable.

 

Après un début un peu long à se mettre en place, j'ai trouvé globalement que c'était une bonne lecture. Etant donné qu'il s'agit de chick-lit, mes attentes n'étaient pas spécialement élevées et je n'ai donc pas été déçue. J'avais envie d'une lecture legère et divertissante et c'est ce que j'ai trouvé avec ce roman.

 

Il s'agit apparemment d'un premier tome de saga. Je lirais le tome 2 car ce tome fini sur un gros événement et j'ai envie de connaître la tournure que cela va prendre. D'ailleurs pour vous parler de cette fin, j'ai eu l'impression de regarder une série télévisée plutot que de lire un livre. Il y a un gros rebondissement à la dernière page et cela laisse un fort suspens. Cela ne fait pas une fin ouverte dans lequel il manque des réponses à nos questions comme dans la plupart des livres. Non, là c'est vraiment une coupure nette.

 

En bref, je vous conseille ce livre si vous appreciez la chick-lit et le monde de la nuit. Laissez tomber si vous chercher un minimum de réflexion dans vos lectures.

Merci à Netgalley et aux éditions Harlequin pour ce livre ! :)

 

 

Ma note : 16/20

Published by de-pages-en-pages
commenter cet article
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 13:34
La dernière réunion des filles de la station-service de Fannie Flagg

Quatrième de couverture:

Point Clear, Alabama. Après avoir marié la dernière de ses filles, Sookie Poole aspire à un repos bien mérité. Elle aimerait se consacrer enfin à elle, à son couple, faire avec Earle, son mari, les voyages dont elle rêve. Mais elle doit encore compter avec sa mère, l'incroyable Lenore Simmons Krackenberry qui, à 88 ans, épuise les infirmières à domicile les unes après les autres. Si certains de ses coups d'éclat récents peuvent laisser penser qu'elle souffre de démence sénile, le diagnostic n'est pas aisé à établir car, toute sa vie, son comportement a été des plus excentriques.
Le jour où un mystérieux interlocuteur révèle à Sookie un secret de famille parfaitement inattendu, son existence vole en éclats, à commencer par ses rapports avec sa mère. Afin de comprendre qui elle est vraiment, Sookie va alors se mettre sur la piste d'une femme exceptionnelle, Fritzi, qui, en 1940, tenait avec ses trois soeurs une station-service dans le Wisconsin. Le destin incroyable de Fritzi donnera-t-il à Sookie une nouvelle inspiration pour sa propre vie ?

 

 

 

J'entendais parler de cet auteur depuis un moment et j'avais envie d'essayer à mon tour. C'est peu après avoir acheté ce livre que j'ai découvert qu'une LC était programmée sur Livraddict. Je m'y suis inscrite sans tarder pour me permettre de le sortir rapidement de ma PAL.

 

 

Il s'agit donc de l'histoire de deux femmes vivant à deux époques différentes. Elles sont toutes les deux très attachantes malgré leurs caractères bien trempés. C'est donc en alternance des chapitres que nous découvrons ces deux femmes. Je trouve que cela donne du rythme à l'histoire et on ne s'ennuie pas une second. Les personnages secondaires sont également très intéressants, notamment Lenore qui m'a fait ressentir beaucoup d'émotions.

 

 

L'écriture de l'auteur est pleine d'humour et c'est très agréable. A travers cet humour, elle nous peint le portrait de femmes fortes qui pendant la guerre ont su militer pour le droit des femmes. C'est une histoire toute douce qui fait du bien au moral. J'aurais d'ailleurs voulu que cela dure encore un peu tellement c'était bon.

 

 

 

Le seul petit bémol que je trouverais à ce livre (& encore, il est minime) c'est les soixante-dix premières pages où je me suis sentie un peu perdue. En effet, on découvre pleins de personnes en même temps et entre la vie des trois filles de Sookie, de sa mère, du chat et j'en passe, j'avais un peu de mal à suivre. Mais je vous rassure, tout ça est vite oublié et vous pouvez y aller les yeux fermés !

 

 

En bref, je vous le conseille si vous voulez lire un bon livre sans prise de tête ! Pour ma part, je vais m'empresser de découvrir les autres parutions de l'auteur.

 

 

Ma note: 18/20

Published by de-pages-en-pages
commenter cet article
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 13:13
Le secret du mari de Liane Moriarty

Quatrième de couverture :

Jamais Cecilia n’aurait dû lire cette lettre trouvée par hasard dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n’ouvrir qu’après ma mort ». La curiosité est trop forte, elle l’ouvre et le temps s’arrête... John-Paul y confesse une faute terrible dont la révélation pourrait détruire non seulement leur famille mais la vie de quelques autres. À la fois folle de colère et dévastée par ce qu’elle vient d’apprendre, Cecilia ne sait que faire : si elle se tait, la vérité va
la ronger, si elle parle, ceux qu’elle aime souffriront.

 

 

 

On a tellement entendu parler de ce livre lors de sa sortie. J'avais entendu dire que c'était un roman psychologique et donc forcément, il fallait que je me le procure. J'ai su résisté jusqu'à sa sortie en poche. Peu de temps après une lecture commune sur Livraddict était proposé pour ce livre et c'est donc avec un grand plaisir que je m'y suis inscrite.

 

Peu après avoir commencé ma lecture, j'ai été un peu destabilisé. En effet, contrairement à ce que l'on peut penser en lisant la quatrième de couverture on ne nous parle pas uniquement de Cécilia et de cette fameuse lettre qu'elle va trouver. Je m'attendais à ce que l'histoire tourne autour d'elle et de son foyer et finalement pas du tout puisque nous allons suivre le destin de trois familles, en alternance des chapitres. De plus, j'ai trouvé les 180 premières pages un peu longues puisqu'il s'agit de la présentation de ces différents foyers. Cette petite période de déception est vite passée puisque j'ai fini par adoré suivre tous nos personnages que j'ai trouvé très attachants. Je dirais que le personne qui m'a le moins plû est Rachel. Son histoire est touchante mais je ne me suis pas identifié à elle. 

 

J'ai trouvé ce livre plutôt addictif. L'alternance de courts chapitres nous laisse un certain suspens qui nous incite à ne pas nous arrêter dans notre lecture. Le destin croisé de ses trois femmes et de leur famille m'a beaucoup interessé. A la place de chacune d'elle je ne sais pas vraiment pas comment j'aurais réagi. En tout cas ce livre m'a fait réfléchir. Je trouve que ce livre nous offre une belle leçon de vie sur le pardon. 

 

En bref, je vous le conseille si vous aimez les livres ayant pour thème le mensonge, les secrets et toutes les conséquences que cela peut avoir.

 

 

Ma note : 17/20

Published by de-pages-en-pages
commenter cet article
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 12:24
L'orpheline des neiges T1 de Marie-Bernadette Dupuy

Quatrième de couverture:

Janvier 1916. Dans le village de Val-Jalbert, sur les bords du lac Saint-Jean au coeur de la forêt québécoise, une religieuse découvre un bébé abandonné dans un ballot de fourrures, sur le perron enneigé du couvent-école. D'où vient ce poupon aux yeux si bleus, qui porte le nom de Marie-Hermine, comme en témoigne une courte lettre cachée dans ses vêtements ? L'enfant sera élevée et instruite par les soeurs du Bon-Conseil et souvent confiée à une jeune mère des environs, Élisabeth Marois. Dotée d'une voix exceptionnelle, au fil des années, l'orpheline gagnera le surnom de « rossignol des neiges »...

 

 

 

Ce livre m'a été chaudement conseillé par ma copine Kyradieuse du blog A livre ouvert qui avait eu un énorme coup de coeur pour ce livre. Ce n'est pas du tout le genre de livre que j'ai l'habitude de lire et le résumé ne m'a pas inspiré plus que cela. Et bien je peux vous dire que j'ai bien fait de tenter quand même. Je vous le dis tout de suite cela n'a pas été un coup de coeur pour moi mais c'est vraiment pas passé loin. Il s'agit donc du premier tome d'une saga comportant 6 livres dont les 4 premiers sont déja sorti en poche. Cette saga peut faire peur quand on voit la taille de chacun des tomes (quasiment 700 pages pour celui-çi et le prochain est encore plus gros !) mais il ne faut pas se décourager car cela vaut vraiment le coup.

 

 

Marie-Bernadette Dupuy nous offre un récit de qualité. C'est extrêment bien écrit. L'histoire se passe dans la première moitié des années 1900. On suit donc Hermine, une orpheline recueillie par les Soeurs d'un couvent. Dans ce premier tome, nous allons la découvrir du stade de nourisson à l'âge de jeune adulte. A ses cotés, nous retrouvons les habitants du petit village quebécois, Val-Jalbert, qui connaissent tous son histoire et qui sont tous d'une façon ou d'une autre attaché à elle. Nous avons dans ce livre une multitude de personnages tous plus attachants les uns des autres. Alors bon j'exagère, il y en a bien un qui m'a agacé et un autre qui ne m'a pas inspiré confiance mais si ils n'avaient pas été là, l'histoire n'aurait pas été si belle.

 

 

Je voudrais également revenir sur le décor de rêve dans lequel se passe le livre. Les descriptions sont somptueuses. Je me croyais presque dans ce décor enneigé malgré les chaudes températures qu'il faisait quand je l'ai lu. 

 

 

En bref, cette histoire nous fait ressentir une multitude d'émotions. Nous passons à plusieurs reprises de la joie à la tristesse sans s'y attendre. Je n'ai qu'une hâte, c'est de lire le tome 2 qui est bien sur déja dans ma PAL !

 

 

Ma note :19/20

 

Published by de-pages-en-pages
commenter cet article
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 10:06

Bonjour,

Avec un peu de retard, j'ai décidé de reprendre ce rendez-vous avec un peu de retard afin de vous faire découvrir les livres que j'ai lu pendant le mois.

[Bilan] Juillet 2016
[Bilan] Juillet 2016
[Bilan] Juillet 2016
[Bilan] Juillet 2016
[Bilan] Juillet 2016
[Bilan] Juillet 2016
[Bilan] Juillet 2016

 

Au mois de Juillet j'ai donc lus 7 livres avec un total de 2658 pages

 

- Did I Mention I Love You T1 de Estelle Maskame (412 pages) - 18/20

- La fête est finie d'Olivier Maulin (240 pages) - 12/20

- La maison de Mathias De Breyne (238 pages) - 15/20

- Nil de Lynne Matson (456 pages) - 20/20

- Seulement si tu en as envie ... de Bruno Combes (281 pages) - 14/20

- L'orpheline des neiges T1 de Marie-Antoinette Dupuy (688 pages) - 19/20

- La sélection T1 de Kiera Cass (343 pages) - 18/20

 

J'espère pouvoir lire au moins autant en Août ! :)

Published by de-pages-en-pages
commenter cet article
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 12:39
Seulement si tu en as envie... de Bruno Combes

Résumé

Il l’attend depuis toujours...elle ne l’a pas vraiment oublié !

Ils se sont connus à seize ans, sur les bancs du lycée d’Arcachon, puis chacun a fait sa vie de son côté.
Camille est devenue une brillante avocate parisienne, Stephen vit de sa passion des livres entre Londres et Paris. Ils n’auraient jamais dû se revoir, mais le hasard en a décidé autrement.
Les souvenirs s’entrechoquent, laissant apparaître les failles de l’attente et du désir.
Leur histoire aurait pu être banale, jusqu’à ce que Camille découvre les pages blanches du « manuscrit inachevé
».

 

J'ai remercie les éditions Michel Lafon et Livraddict qui m'ont permis de lire ce livre.

J'ai tout de suite été attirée par l'objet livre en lui même. J'aime beaucoup la couverture que je trouve très jolie. Le résumé m'a également interessé. Autant vous le dire tout de suite, la quatrième de couverture gache un peu l'histoire à mon sens. C'est pour cela que j'ai mis un résumé trouvé sur Livraddict plutôt que la quatrième de couverture qui nous dévoile toute l'histoire. Il ne se passe pas grand chose de plus que ce qui est dit dans cette dernière et je vous conseille donc de ne pas la lire si vous avez le livre entre les mains.

 Il s'agit donc d'une romance écrite par un homme. L'écriture est vraiment très belle. Ca se lit rapidement, c'est sympa, mais je dois dire que j'ai déja lu beaucoup mieux en terme de romance. C'est pourtant une histoire toute mignonne, mais il me manquait un petit quelque chose.

 J'ai apprécié la relation entre Camille, une brillante avocate et mère de deux enfants et Stephen, un libraire passionné par les livres. Ensemble ils font la beauté du roman, alors que seuls, je les ai trouvé moins interessant. Et encore, leur histoire n'était pas assez poussée pour moi, elle manquait d'un peu de piquant. Je ne les ai pas trouvé attachants. Surtout Camille qui m'a agacé à la suite de certains choix. 

 

Pour terminer, je voudrais vous parler de ce que j'ai vraiment beaucoup aimé dans ce roman. Il s'agit de "citations" au début des chapitres qui amenait la suite de l'histoire. Certaines étaient vraiment très belles. Il n'y a pas d'auteur donc j'imagine qu'elles sont de l'auteur lui-même. 

 

En bref, c'est une romance assez simple mais qui pourra peut-être vous plaire. N'hésitez pas à le lire pour vous faire votre propre avis.

 

Note: 14/20

Published by de-pages-en-pages
commenter cet article
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 20:20
La maison de Mathias De Breyne

Quatrième de couverture:

Quand il ne voyage pas au bout du monde, Gab retape des maisons avec amour et passion grâce à ses talents d'ébéniste, y vit un ou deux ans et puis s'en va. Dans le Gers, les Alpes, les Cévennes, en Normandie, dans le Jura. Gab n'a pas eu six femmes dans sa vie, mais six maisons. La dernière en date située dans les Pyrénées, il l'aime de tout son coeur, mais le temps est venu pour lui de la laisser. Pour que, comme à chaque fois, un homme ou une femme, un couple peut-être, s'y installent et l'aiment à leur tour.
A plusieurs centaines de kilomètres de là, Magda en a marre d'être un robot. Elle en a assez de s'abîmer le dos et les yeux devant son ordinateur. Elle a envie d'habiter à la mer. Ou non, à la campagne. En fait, peu importe : c'est la maison qui la choisira. Une annonce se détache vite des autres.
Mirepoix, Pyrénées. « Maison en pierre, rue calme, jardin zen. Un premier étage scandinave, on se plonge dans l'aurore boréale, un deuxième étage très Amérique centrale, lorsqu'on ouvre la fenêtre on croit voir la mer translucide et les oiseaux exotiques. Rez-de-chaussée contemporain, design. Beaucoup de bois de qualité. Une maison très pragmatique mais qui laisse la place au rêve. Et à la sensualité. »
Quand Magda visite la maison de Gab, c'est le coup de foudre.
Magda est si amoureuse de la maison tout entière qu'elle tombe aussi amoureuse de son propriétaire, mais il n'est pas vendu avec la maison, il ne sera plus dedans quand elle y emménagera, et cette idée lui est insupportable.

Magda rappelle à Gab le quartier de Magdalena qu'il a bien connu à Lima au Pérou. Elle parle un peu bizarrement, elle semble avoir du mal à lâcher prise, mais il est très troublé. Gab n'a plus tellement envie de quitter la maison et de ne plus jamais revoir Magda, et c'est bien la première fois que ça lui arrive.
Magda et la maison. La maison et Gab. Gab et Magda. Et bientôt Alistair...

 

 

J'ai reçu ce livre grâce aux éditions Belfond que je remercie pour cette belle découverte.

 

Il s'agit d'une romance raconté à travers une petite annonce pour La maison. Cette fameuse maison dont toute l'histoire va tourner. Cette maison qui a une âme selon Gab, le propriétaire.

 

L'écriture de l'auteur est très spéciale. En plus d'utiliser pas mal de figures de stylela forme n'est pas courante. En effet, il n'y a pas de guillemets ni de tirets pour les dialogues, juste des "espaces" entre le dialogue.Du coup le texte est vraiment très aéré. De plus, nous n'avons que très peu d'incise tel que "dit-il".  Le point négatif c'est que du coup, des fois on ne sait pas toujours qui parle et on est obligé de relire plusieurs fois le même passage. Il y a également beaucoup de description. Celles-çi sont très détaillées et on arriverait presque à visualiser la maison.

 

L'histoire d'amour racontée à travers cette annonce est très belle. Cela change vraiment des romances habituelles et c'est très agréable. Assez poétique même.

Pour en venir aux personnages, je me suis pas spécialement attaché à eux indivuduellement. Ce que je veux dire c'est que j'ai adoré le couple qu'il forme. Ils sont mignons et drôle ensemble. Separement, j'ai moins apprécié.

 

En bref, ce livre est le premier de l'auteur. Je vous le conseille si vous aimez les belles descriptions et les histoires d'amour legeres et sans chichis.

 

Ma note : 15/20

Published by de-pages-en-pages
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 20:05
La fête est finie d'Olivier Maulin

Quatrième de couverture:

Victor et Picot sont deux copains à la ramasse. Le premier passe ses journées vautré sur un canapé à écouter Bach ; le second enchaîne les petits boulots. Ils se retrouvent vigiles de nuit à Lagny-sur-Marne, chargés de veiller sur un parc de camping-cars avec deux chiens récupérés en hâte à la SPA. Mais les deux bras cassés s’endorment dans l’un des véhicules et celui-ci est volé. Ils se réveillent près de la frontière allemande et décident alors de s’installer dans un camping isolé d’une vallée alsacienne où ils font la rencontre d’une jeune fille et de son père, qui avec quelques amis du coin se préparent à l’effondrement de la société. Les deux compères se sentent très à l’aise dans leur nouvelle famille, mais voilà que le «progrès» pointe le bout de son nez dans la vallée : une décharge industrielle et un Center Parc de deux cents hectares menacent de s’implanter sur la lande. Et si la catastrophe attendue était déjà là? Pour la petite bande que va bientôt diriger un «général» très spécial, il est l’heure d’entrer en résistance au cœur de la montagne… Olivier Maulin excelle dans l’art de dénoncer les travers du monde moderne avec une verve et une gouaille irrésistibles. Un roman aussi désopilant qu’intelligent, salutaire par les temps qui courent.

 

 

C'est le résumé de ce livre qui m'a tout d'abord intéressé. Je m'imaginais suivre nos protagonistes au camping après avoir volé un camping-car. Il y a un peu de cela, mais pas que. 

 

Ce coté road-trip m'a énormement plû. Nos deux copains, Victor et Picot vont rencontrer au fur et à mesure de leur voyage des personnages complètement dingues. Ceux-çi sont très caricaturaux et m'ont fait beaucoup rire. Je dirais que c'est le point fort de ce livre.

 

 Ce qui m'a le moins plû c'est toute la partie concernant la société et ses dérives. On nous le disait pourtant dans le résumé, mais je m'attendais à quelque chose de plus subtile. J'ai trouvé ces passages très long et je me suis ennuyé. C'est dommage car l'histoire de fond m'a interessée.

 

Je vous le conseille si vous aimez les livres parlant des problématiques actuelles de notre société. Malheureusement, ce n'est pas ce que j'attendais dans ce livre et j'ai été un peu déçue.

 

Merci aux Editions Denoël pour cette découverte.

 

Ma note : 12/20

Published by de-pages-en-pages
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 19:34
Le jour où Anita envoya tout balader de Katarina Bivald

Quatrième de couverture:

Anita a 38 ans et élève seule sa fille Emma qui a 18 ans et décide un beau jour de partir faire ses études loin de sa mère. Anita ressent un grand vide, elle a beaucoup de temps libre, les week-ends sont tristes. Elle se souvient de ses 18 ans et des trois vœux qu'elle avait faits : avoir une moto, avoir une maison et être indépendante. Elle est indépendante, certes, mais pour ce qui est des deux autres vœux… Elle décide de passer son permis moto, encouragée par ses deux bonnes copines… et par le physique irrésistible de Lukas, le moniteur de l'auto-école. Peu à peu, Anita va en apprendre beaucoup plus sur elle, sa fille et sa mère, tout en partageant fous-rires et soirées un peu arrosées avec ses copines.

 

 

J'ai terminé ce livre il y a environ une semaine mais j'ai attendu aujourd'hui pour vous en parler, histoire de ne pas écrire mon avis à chaud et de prendre le temps de réfléchir à cette lecture. En effet, ce livre a crée en moi une panne de lecture. Pourtant je l'ai vraiment apprécié. Bien plus d'ailleurs que La bibliothèque des cœurs brisés de l'auteur. Ma panne s'explique donc par le fait qu'après cette agréable lecture, je n'avais rien envie de commencer d'autre. J'avais envie de penser encore un peu à ces personnages qui m'ont tant plû. 

 

Anita est mère d'une jeune adulte qui est sur le point de quitter le cocon familial. C'est une épreuve qui va être très difficile à vivre pour elle. Elle va donc essayer de compenser le manque de sa fille en changeant son mode de vie. J'ai vraiment passé un bon moment à ses cotés, à la suivre dans ses envies les plus folles mais aussi avec tous les personnages secondaires qu'a crée l'auteur. Ils sont tous très attachants à leur façon. De plus, les descriptions faites par Katarina Bivald de Skogahammar, la ville où se déroule l'histoire et de ses évenements m'a donné l'impression d'y être. 

 

Ce livre doudou m'a fait passer par tout un panel d'émotions. Certains moments sont assez drôles et j'ai eu à plusieurs reprises le sourire aux lèvres. A l'inverse, j'ai eu les larmes aux yeux lors d'un passage, ce qui ne m'arrive quasiment jamais.

 

Vous l'avez compris, ce livre est passé à rien du coup de coeur. Le seul point négatif pour moi est peut-être le temps qu'à mis l'histoire à se mettre en place. Effectivement, j'ai trouvé qu'il y avait quelques petites longueurs par moment.

 

En bref, ce livre est un condensé d'amour et d'amitié qui nous rappelle qu'il faut croire en nos rêves et ne jamais abandonner. Je vous le conseille si vous ne l'avez pas encore lu !

 

 

Ma note : 18/20

Published by de-pages-en-pages
commenter cet article
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 20:01
Ma vie en suspens de Susannah Cahalan

Quatrième de couverture :

Susannah Cahalan, vingt-quatre ans, se réveille entravée sur un lit d’hôpital. Incapable de bouger ou de parler, elle n’a aucun souvenir de la raison pour laquelle elle est là. Celle qui, quelques semaines plus tôt, était une jeune fille en bonne santé, vivant sa première relation sérieuse et promise à une brillante carrière de journaliste, se retrouve désormais cataloguée comme psychotique violente, abrutie de médicaments. Que s’est-il passé? Ma vie en suspens est l’histoire incroyable mais vraie d’une plongée inexplicable dans la folie. Susannah Cahalan raconte sans fard et sans concession cette descente aux enfers et son combat pour reprendre le dessus, retrouver son identité. Adoptant le point de vue de la journaliste, elle dresse la chronique de sa maladie : les crises de violence alternant avec un état de catatonie, les examens coûteux ne donnant aucun résultat, l’éventualité d’un internement à vie et enfin, après un mois de calvaire, l’arrivée d’un nouveau médecin dont le diagnostic lui sauvera la vie.

 

 

Ce livre m'a tout de suite attiré. En effet, étant infirmière et ayant travaillé en psychiatrie, j'ai été interpellé par cette histoire que nous raconte l'auteur. Il s'agit d'un témoignage de l'auteur elle-même sur ce qu'elle a vécu, sur sa descente aux portes de l'enferElle se retrouve hospitalisée, sombrant dans la folie, à cause de ce que les médecins pensent être une psychose. Heureusement elle ne se laissera pas abattreAccompagnée de sa famille, elle va mener un rude combat contre la maladie. Heureusement, un des medecins finira par trouvé ce qu'elle a et la sauvera de ce cauchemar. Pendant ma lecture, je me suis imaginé plusieurs fois à sa place et c'est avec beaucoup d'émotions que j'ai découvert peu à peu son histoire. C'est tout simplement atroce. 

 

Susannah Cahalan raconte son histoire tout en nous expliquant les pathologies évoquées par les médecins. Un énorme travail de recherches a été fait. Je trouve qu'en plus d'être bouleversant, ce livre est très instructif. Cela me donne d'ailleurs envie de faire quelques recherches sur elle pour la connaître encore un peu plus.

 

Je vous le conseille si vous aimez les témoignages liés à l'univers médical et à tout ce qui touche à la recherche

 

La bonne nouvelle est que si vous n'osez pas découvrir ce livre, il devrait être adapté au cinéma puisque les droits cinématographiques ont été achetés. J'ai hâte de voir ce qu'ils en feront ! 

Merci aux Editions Denoël pour cette découverte.

 

Ma note : 16/20

Published by de-pages-en-pages
commenter cet article

Lectures Communes

N'hésitez pas à me proposer des lectures communes !

Partenaires

 

denoel.png

 

Afficher l'image d'origine

Quelques Liens